Mais qui est Youri Milner ?

Date 15/07/2009 10:06:19 | Sujet : Actu des autres réseaux sociaux

Mais qui est cet investisseur russe ?
undefinedundefinedundefined

Mais qui est Youri Milner ?

Je n’ai que très peu abordé le sujet de la capitalisation boursière de Facebook et de ses actionnaires. D’ailleurs, je me demande toujours moi-même à qui appartient réellement la société Facebook ? Et vous comprenez donc ma réticence à approcher ce genre de sujets : un manque de sources évident me restreindrait à une analyse superflue et non justifiée. Certes, il est probable qu’une filiale de la C.I.A. et du ministère de la défense Américain est investit dans Facebook. Mais ces données sont peu sures et restent très approximatives. J’avais donc fait le choix de ne pas en parler dans Facebook, danger ! attendant une occasion comme celle-ci pour clarifier les choses.

L’entreprise aux 500 millions de dollars de chiffre d’affaire par an (mais qui n’est toujours pas rentable) à déjà vu un investissement du pionnier de l’informatique et fondateur de Microsoft, Bill Gates. Aujourd’hui, il s’agit de Youri Milner, fondateur et PDG de Digital Sky Technologies (DST), qui investit dans Facebook à hauteur de 1,96 %, soit 200 millions de dollars. Derrière cet entrepreneur russe se cache en fait Alisher Ousmanov, un grand industriel russe détenant 32 % de Digital Sky Technologies. M. Milner, fondateur de Mail.ru (une sorte de Yahoo ! russe) pourrait-il profiter de sa participation dans Facebook pour profiter des nombreuses données personnelles présentes sur le réseau social ? « Absolument pas » affirme catégoriquement le responsable de la communication de Milner. Néanmoins, la crainte est permise : « en Russie, les Fournisseurs d’Accès à Internet [(FAI)] sont tenus de permettre un accès permanent à leurs données aux forces de sécurité du pays. Il n’y a pas de confidentialité » reprend Pierre Mechentel, un éditeur de sites franco-russes. Ainsi, le FSB (ex-KGB) pourrait-il exiger de DST un accès aux données des comptes russes ou même, pire, des comptes étrangers ? Difficile à dire. De son côté, Milner continue affirmer qu’il s’agit d’un « investissement stratégique dans une entreprise dont les perspectives de croissance sont phénoménales ». Mais Facebook n’est pas rentable, qu’a-t-il à y gagner ? Milner pourrait chercher à « sécuriser » son argent avec Osmanov. En effet, cet investissement serait un moyen « d’échapper aux confiscations arbitraires » russes explique un actuaire russe. Et le choix de Facebook en particulier ne serait que son côté « hype ».

Une fois encore, le flou présent autour de Facebook empêche de décerner une totale visibilité de son action. Faut-il faire confiance à cette multinationale ? Avec réserve. Admettons un scénario catastrophe : que Facebook soit en faillite. Où iraient les informations sur ces bases de données, où iraient nos informations, photos, adresses, identités… ? La vigilance s’impose donc.

/ Sources : Challenges, n°171, « Le nouvel ami russe de Facebook », 4 au 10 juin 2009.





Cet article provient de Facebook, danger !
http://www.facebook-danger.fr

L'adresse de cet article est :
http://www.facebook-danger.fr/modules/news/article.php?storyid=26